We Thank You, Michel Haag

Cher(e)s collègues,
Cher(e)s ami(e)s,

C’est avec une immense tristesse que nous avons appris la nouvelle du décès de Michel Haag, survenue à Paris le 3 mai.

J’avais connu Michel au début des années 1990 lorsque, au cours de ma formation psychanalytique, j’avais participé au séminaire de Infant Observation qu’il animait à Paris, avec Geneviève Haag. A cette époque, j’avais déjà fait une observation du bébé dans un petit groupe de formation à Bruxelles, sous la direction de Annette Watillon. La participation à ce deuxième groupe de formation a ouvert ma sensibilité à toute l’importance de la dimension groupale, à laquelle Michel et Geneviève Haag donnaient beaucoup d’attention.

Michel était un formateur (et un observateur) qui réunissait plusieurs qualités : la passion pour la méthode d’observation du bébé avec la patience pour chaque détail des observations et la rigueur avec laquelle il transmettait la richesse de la méthode et ses exigences éthiques.

Le groupe constitué par Michel Haag, sa femme Geneviève, Annick Maufras du Chatellier et Cléo Athanassiou avait été parmi les derniers élèves de Esther Bick : régulièrement ils se rendaient à Londres, au début des années 80, pour la supervision de leurs observations d’un bébé dans sa famille. A l’époque cette pratique, déjà bien connue dans les pays anglo-saxons grâce aux formations de la Tavistock Clinic de Londres, était plutôt inhabituelle dans les milieux psychanalytiques français et avait été critiquée par certains psychanalystes de l’«establishment». C’est un des grands mérites de Michel Haag et du petit groupe de «pionniers» qui s’étaient formés avec Esther Bick d’avoir introduit en France les formations à l’observation du bébé dans sa famille et d’avoir contribué, d’une manière qu’on pourrait définir «militante», à la reconnaissance de la précocité de la vie psychique du bébé. Ce qui aujourd’hui nous semble acquis ne l’était pas du tout pendant les années 1980 en France et dans d’autres pays francophones; c’est grâce à la ténacité de ces collègues qu’aujourd’hui la vie émotionnelle du bébé et l’importance de l’observation dans un but de formation et de prévention sont largement connus et reconnus.

L’enseignement et la «présence» d’Esther Bick étaient presque palpables dans les séminaires de Michel Haag : il parlait souvent de ses recommandations aux observateurs et, avec émotion, il évoquait parfois son expérience en tant qu’observateur du bébé J. (qui semblait avoir gardé pour Michel son statut de «bébé» même après plusieurs années!) Dans son enseignement au cours de ses séminaires, on pouvait ressentir le lien profond qui le liait à Esther Bick : il pouvait dire d’elle, parfois, qu’elle lui rappelait certains aspects de sa propre mère. Sans doute ce lien l’a nourri et a été présent pour lui jusqu’à la fin de sa vie..

Pendant les week-ends de travail chez Michel et Geneviève Haag, l’accueil était toujours très chaleureux, avec une générosité et «convivialité» qui caractérisait leur façon de partager avec nous une excellente nourriture (matérielle et spirituelle !).

La rencontre avec Michel Haag a été déterminante dans mon parcours professionnel et m’a accompagné dans beaucoup de moments cruciaux. Ainsi, le premier colloque sur l’Observation du Bébé selon Esther Bick que nous avions organisé en 1991 à Bruxelles, avait reçu un appui important grâce à son aide dans la diffusion auprès des collègues français et le public international, qui ont participé massivement à cette première rencontre à l’échelle européenne. Ont suivi, au cours des années 1990, les colloques internationaux de Toulouse, de Barcelone, de Lisbonne et de Rio de Janeiro, et, pendant les années 2000 les colloques de Cracovie, Florence, Buenos Aires et Mexico City.

En 2011, Michel Haag était encore avec nous lorsque nous avons créé, avec nos collègues sénégalais, l’Association Dakar pour le Développement de l’Observation du Bébé selon Bick (ADDOBB), qui donnera naissance à notre Association Internationale AIDOBB, née en 2012 lors du Congrès International de Dakar. A l’occasion de ce congrès, Michel Haag nous avait confié un article qui réunissait ses principales élaborations autour de l’observation du bébé, avec la contribution de Geneviève Haag. Il m’avait fait l’honneur de me confier la lecture de sa présentation qui avait ouvert le Congrès de Dakar et avait amené une discussion animée entre les participants, notamment sur la notion de «tabula rasa» à laquelle Michel Haag tenait particulièrement…

Pendant toutes ces années, Michel Haag a participé activement à la vie de AIDOBB (il a également fait partie du CA) et a contribué à la réalisation des projets de notre association. Sa présence, un peu plus à l’arrière-plan au cours des dernières années, était toujours vive et passionnée et a été pour nous un repère et un soutien constant, sur lequel nous savions que nous pouvions compter.

Sa disparition nous laisse un grand vide, mais aussi plein de moments partagés, dont le souvenir va nous accompagner encore pour longtemps.

Merci Michel !

Rosella Sandri
Présidente de l’AIDOBB

———————————————-

Queridos colegas,
Queridos amigos,

Continue reading “We Thank You, Michel Haag”